JEAN BAPTISTE PERRONNEAU (V.1715 - Amsterdam 1783)

Lot 20
Aller au lot
Estimation :
15000 - 18000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 19 500EUR
JEAN BAPTISTE PERRONNEAU (V.1715 - Amsterdam 1783)

JEAN BAPTISTE PERRONNEAU V.1715 - Amsterdam 1783)


Portrait de Madame Perronneau endormie


Pastel, signé en haut à droite : Perronneau


51 x 41 cm



Provenance:


Paris, Mme Perronneau , resté dans la famille jusqu’en 1847-1848, acquis par Monsieur Roux, à Tours


Paris, Hôtel Drouot, vente de la collection de Monsieur Roux, Me Charles Pillet, 17-20 février 1868, n°481 , acquis par Alfred Mame, Tours


Tours, son fils Paul Mame, Paris, galerie Georges Petit, vente de la collection Paul Mame, 26-29 avril 1904, n°65 (non signé) ill.


Collection de Gustave de la Croix de Ravignan et Mme, née Pauline Mame, fille de Paul Mame, 1909 , baronne Gustave de la Croix de Ravignan, 1923


Paris, Hôtel Drouot, vente anonyme, Me Pescheteau, 19 mars 1943, n°4, pl.1


Collection particulière



Bibliographie:


Léandre Viallat et Paul Ratouis de Limay, J.-B. Perronneau 1715-1783, sa vie et son oeuvre, Paris, 1909, p.135, p.143, n°158, pl.26 ,


Léandre Viallat et Paul Ratouis de Limay, J.-B. Perronneau 1715-1783, sa vie et son oeuvre, Paris, 1923, pp 188-189, 236, pl. 41 ,


Niel Jeffares, Dictionary of pastellists before 1800, Londres, 2006, p.413, col.C, photo 4.Dominique d’Arnoult, Perronneau ca.1715-1783, Un portraitiste dans l’Europe des lumières, Paris, Ed. Arthéna, 2014, n°283


Madame Perronneau, née Louise Charlotte Aubert (v.1740-1817) est identifiée par la provenance, ce portrait appartenait à son petit


fils jusqu’au milieu du XIXe siècle et par comparaison avec d’autres portraits la représentant, notamment le beau pastel conservé au


musée des Beaux Arts d’Orléans, Le matin ou Madame Perronneau en Aurore, daté de 1767 : même nez, petit et droit, même chevelure


abondante et même profil arrondi.


Nous sommes ici dans la sphère intime de l’artiste qui représente son épouse avec une extrême délicatesse et raffinement dans le


coloris avec cette touche légère et hachée qui lui est particulière.


Moins célèbre de son vivant que son rival Quentin de La Tour, Perronneau est redécouvert au XIXe siècle grâce aux frères Goncourt


qui admiraient « le ragoût de petites touches, le modelage dans le tapotage, le travail artiste, léger et spirituel… ».

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue